Accueil Présentation chasse Environnement Réflexions La lettre de l'ANCER Téléchargements Archives Contacts Plan du site
 
 

   
Rendre les honneurs au gibier par JM Harmand


Une bonne journée de chasse en battue se termine généralement par une présentation du tableau. Le plus souvent, celle-ci est accompagnée de sonneries, à la Trompe ou au Cor de Pless. Le " tableau " consiste, à présenter le gibier abattu aux chasseurs, à féliciter les heureux tireurs, à relater les événements de la journée en présence de tous les participants, à ceux qui étaient " dans le coup ", et surtout à ceux qui ne l'étaient pas. Il permet également de tirer des leçons pour les journées suivantes. En chasse individuelle, beaucoup de chasseurs prennent également le temps de se recueillir devant leur « tableau », en général composé d'un seul gibier, de placer la dernière mangeure dans la bouche de l'animal, de mettre celui-ci dans une position avantageuse (même s'il n'y a pas de prise de photo). Dans tous les cas, le gibier est traité avec un minimum d'égards et de respect. Pour beaucoup, la fin de chasse est le moment de rendre, d'une manière ou d'une autre, les honneurs au gibier abattu.
Qu'elle peut bien être la raison de cette pratique et à quoi peut-elle servir ? Voici une tentative de réponse ; si vous en avez une autre...
La chasse n'est pas seulement la gestion des espèces
Il convient avant tout de reconnaître deux choses :
- nous ne chassons pas pour nous nourrir, même si nous apprécions de manger de la venaison,
- nous ne chassons pas parce qu'il faut réguler des espèces ; même si, heureusement, la gestion des espèces et des espaces devient notre souci majeur (le passage de la chasse cueillette à la chasse gestion), nos actions positives sur l'en­vironnement découlent de notre passion pour la chasse et non l'inverse.
S'il s'agissait seulement de réguler la faune, des méthodes de type militaire avec du matériel de très haute technologie feraient l'af­faire. Et encore, bien des espèces gibier n'auraient pas de raison d'être « régulées ». La chasse ne ressort pas de la nécessité matérielle mais du plaisir et de la symbolique.

Pénétrer dans le monde sauvage et en revenir.

Le rite est un ensemble de gestes, de comportements, voire de règles exécuté de façon à passer d'un monde à un autre. En s'habillant, en bandant son arc et en tirant quelques flèches, le chasseur exécute un rite pour changer d'esprit : ces gestes lui permettent de quitter la civilisation, pénétrer le monde sauvage et s'y ressourcer.
Le rite peut être différent dans la forme mais son sens sera toujours le même, que ce soit pour l'indien qui s'excuse auprès de l'animal sauvage qu'il vient de tuer ou pour l'occidental qui pose la brisée sur le corps de sa bête de chasse. Le monde sauvage est le monde d'origine du chasseur. L'attrait de ce monde originel est extrêmement puissant (1) ; il existe un risque de ne plus pouvoir en revenir et de se perdre dans le sauvage (Raboliot). Il est donc nécessaire d'exécuter un rite de retour à l'humanité et à la civilisation : rendre les honneurs au gibier.
De l'utilité de la chasse
Les honneurs ne sont délivrés ni à la venaison, ni au cadavre de gibier mais bien à l'être sauvage que l'on a poursuivi, à la vie qui est retournée dans les bois, à l'espèce qui n'a pas disparue avec l'individu abattu. Ils s'exécutent à la fin de la chasse, à la croisée de la vie et de la mort, du monde sauvage et du monde civilisé. En tant qu'acte culturel, ils rendent le sauvage au sauvage et l'homme à la civilisation.
Cette pratique, qui tend à se généraliser sous différentes formes en France (combien de fois les archers, ces « nouveaux chasseurs », font-ils référence aux rites ou aux attitudes des indiens d'Amérique !), prouve que la chasse apporte à l'homme plus que du plaisir; le chasseur est celui qui permet à la civilisation de garder un lien avec le monde sauvage.
Ces considérations nous amènent naturellement des questions :
- si rendre les honneurs à l'animal sauvage que l'on a poursuivi est riche de sens, quel peut être le sens des honneurs rendus à des animaux non sauvages ?
- l'homme moderne, pour qui la chasse nourrit moins son corps que son esprit, ne devrait-il pas rendre les honneurs en fin de chasse que le gibier soit tué ou pas ?

JM HARMAND

 

| design : webmenestrelle.free.fr | association nationale pour une chasse écologiquement responsable |
| La Charte graphique, tous les graphiques, html, marques, trademarks, nom de softs, photographies, sont sujets au copyright de leur(s) proprietaire(s) et/ou auteur(s) respectif(s).
Toute forme de reproduction interdite, cf. code de la propriété intellectuelle. Référez vous aux lois en vigueur. |